Les objets connectés sont partout

By 5 janvier 2017Actualité

Les objets connectés envahissent aujourd’hui l’ensemble des secteurs de l’économie, le bâtiment ne fait pas exception. Efficacité énergétique, confort, mieux être, assistance à domicile… ces nouvelles finalités trouvent des solutions efficaces avec l’Internet des Objets. L’enjeu de demain est l’interconnexion du bâtiment avec son territoire. L’IOT raisonné permet cette transition et le « big data » rend possible le passage de la « smart economy » du virtuel au réel durable. Voila le sujet posé.

La ville change, l’habitat se modifie, les contraintes de vie se renforcent, des nouveaux acteurs apparaissent dans la chaine de valeur du bâtiment qui se désintermédiarise, les modèles économiques sont bouleversés, le coût global devient la référence, donnant un vrai sens à la valeur vert…pour répondre à ces nouveaux enjeux, la révolution numérique est en marche, le bâtiment « s’ubérise ».

Le cœur de métier des géants de l’industrie numérique (Google, Apple, Amazon…) est de collecter des données sur les individus pour leur vendre des services pertinents et personnalisés grâce à des applications. Jusqu’à présent, tout se passe par l’intermédiaire des écrans, d’abord ceux des ordinateurs, puis des smartphones et des tablettes. Mais ces groupes souhaitent dépasser le seul périmètre du monde de l’informatique et s’intéressent désormais à des secteurs où le numérique est présent tout en ne transitant pas par ces interfaces, mais par ce qu’on appelle les « objets connectés ». Ces derniers sont déployés dans l’environnement immédiat des individus – la voiture, les transports, la maison… – et vont dans toutes les étapes de leur vie quotidienne collecter des données sur eux et leur environnement.

Les entreprises du numérique souhaitent alors se servir de ces données pour produire des services et les monétiser, soit auprès des mêmes individus (B to C), soit sur un autre versant du modèle d’affaires, à d’autres entreprises (B to B). C’est pourquoi les géants du numérique s’intéressent aux secteurs de l’automobile, de l’énergie, des transports et, donc, du bâtiment. En effet, durant toutes ces étapes de la vie des utilisateurs, chacun est connecté à des objets qui mesurent ce qui se passe et peuvent exécuter des ordres, au travers de codes logiciels. Ce phénomène est présent dans le bâtiment par le biais de la domotique, qui n’est pas une filière nouvelle, mais qui reste peu développée, car rudimentaire et non connectée. La nouveauté de ces derniers mois, c’est la domotique connectée, à savoir des objets installés dans l’habitat et qui, via Internet, sont reliés à des serveurs très puissants hébergés sur du « cloud », qui permettent d’exécuter du code logiciel plus sophistiqué que la domotique à l’ancienne. Les perspectives sont alors infinies. Elles peuvent être économiques, mais également porteuses de gages de mieux vivre et de mieux être chez soi.