L’essor du Big data fait évoluer l’ensemble de la société

By 18 février 2017Actualité

Les ensembles de données constituent une nouvelle opportunité de valeur économique et d’innovation. L’apport du Big data ne réside pas dans les calculs effectués par les machines, mais dans les données elles-mêmes et dans la façon de les exploiter. En 2013, selon l’IDC[1], seuls 22 % de la quantité de données digitales est analysable et moins de 5 % est effectivement analysé. En 2020, 35 % de ces données seront analysables. L’organisation de la société va devoir évoluer avec la possibilité d’analyser des quantités bien plus grandes de données, lorsque seul existait jusqu’alors le recours à l’échantillonnage.

Le Big data autorise également une moindre exigence quant à l’exactitude des données en raison des grands volumes de données et de la capacité à prendre en compte le « désordre ». Le Big data nous rapproche plus de la réalité que ne le faisaient des masses plus petites de données aussi exactes fussent-elles. Ainsi, dixit Kenneth Cukier et Viktor Mayer-Schonberger « des modèles simples et une grande quantité de données surpassent des modèles plus élaborés fondés sur une quantité moindre de données. Passer à un monde de Big data nous demandera de changer de point de vue sur les mérites de l’exactitude. En effet, l’obsession de l’exactitude est un artefact de l’époque de l’analogique où les informations étaient peu nombreuses. Il faut souligner que le désordre n’est pas une caractéristique des gros volumes mais est dû à l’imperfection de nos outils actuels de mesure, d’enregistrement et d’analyses des informations ».

L’émergence du concept de « mise en données » avec le recueil systématique d’informations, jusque-là non prises en considération car les signaux étaient trop faibles pour les enregistrer, les transformer en données et les valoriser donne les moyens de cartographier le monde de manière quantifiable et analysable. Cela crée un déplacement de la valeur des données entre leur utilisation initiale et de futures utilisations potentielles à plus forte valeur ajoutée. Ce phénomène modifiera la manière dont les entreprises évaluent les données en leur possession. À l’ère du Big data, toutes les données sont donc considérées comme précieuses par définition.

 

L’Age de la « multitude »

La société contemporaine se caractérise d’abord par son « hyperfluidité » où le changement permanent, l’imprévisibilité et l’incertitude deviennent la norme. Pour expliquer le potentiel et les enjeux de ce monde numérique hyperfluide et hyperdense, certains experts ont introduit le concept de multitude. Il s’agit d’une puissance de création, de communication et de coordination sans précédent, on parle alors de communauté créative.

L’enjeu ne réside pas tant dans les prouesses techniques, mais bien plus dans la maîtrise de la multiplicité. L’économie devient contributive (Uber ou bla bla car en sont de bons exemples). Les nouveaux actifs immatériels issus de la donnée deviennent aussi importants que les actifs matériels ou immatériels classiques. À titre d’exemple, la force de la multitude tient aussi à différents éléments qui échappent à la propriété intellectuelle, ces experts donnent comme exemple le « design réussi d’une application, la capacité à itérer, la position dominante sur un marché, l’ouverture d’une plateforme logicielle permettant à des développeurs de s’emparer de ses ressources à des fins d’hybridation». Dans cette société de la multitude, la technologie numérique est nécessaire mais n’est pas le moteur principal. Les applications sont le lieu de l’innovation car « elles constituent l’interface où la technologie, transformée en expérience, rencontre le marché ». Toute plateforme est en effet issue d’une application, et transformer une application en plateforme est une grande réussite industrielle qui fournit un avantage comparatif décisif. Les plateformes sont aujourd’hui les infrastructures de l’économie numérique. Les plateformes locales de la rénovation énergétique (PLRE) en sont une expression directe.

[1] International Data Conseil : Cabinet de conseil marketing et services