Le numérique omniprésent

By 8 février 2017Actualité

L’Internet des objets contribuerait à doubler la taille de l’univers numérique tous les 2 ans, lequel pourrait représenter 44 000 milliards de giga-octets en 2020, soit 10 fois plus qu’en 2013. Les objets connectés étendent ainsi le périmètre de l’Internet en permettant à tout objet, machine ou élément vivant, de transmettre des informations sur son environnement et son état, et d’être éventuellement activé à distance.

En générant de grandes quantités de données et en participant à la numérisation du réel, ils font grandir l’écosystème numérique, qui devient par ailleurs universel. Le digital aurait grandi en 2020 de 300 fois sa taille de 2005[1], et l’essor des objets connectés y participerait très activement.

L’Internet des objets n’est pas un simple prolongement de l’Internet actuel mais plutôt une série de nouveaux systèmes indépendants fonctionnant avec leurs propres infrastructures. Il est mis en œuvre en relation étroite avec de nouveaux services et couvre différents modes de communication : d’objet à personne et d’objet à objet, mais aussi de machine à machine (M2M) avec potentiellement 50 à 70 milliards de machines dont seulement 1 % sont aujourd’hui connectées. Aujourd’hui seuls 10 milliards d’objets mondiaux (sur un total de 1,5 x 101) seraient connectés. La société Cisco estime qu’il existerait ainsi actuellement, en moyenne, 200 objets connectables par personne dans le monde. Le potentiel de « choses » qui pourraient être connectées d’ici 2020 est estimé entre 30 et 212 milliards selon les sources retenues

Ces chiffres soulignent le vaste potentiel de connexion : des évolutions technologiques majeures permettent d’envisager une diffusion très large des objets connectés au travers :

  • de différents types de capteurs, actionneurs ou de solutions technologiques en évolution (solution RFID (radio frequency identification), capteurs MEMs (microsystèmes électromécaniques), etc.) ;
  • de réseaux qui supportent cette extension de l’univers numérique comme le système d’adressage IPV6 (Internet Protocol Version 6) ou des réseaux locaux de type NFC (Near Field Communication), Zigbee, LTN (Low Throughput Networks) et des réseaux large bande, etc.

Face à cette forte croissance des objets connectés, des enjeux technologiques majeurs se posent toutefois : comment améliorer la performance des solutions, permettre une meilleure interopérabilité des systèmes et enfin concevoir une gestion efficiente des données.

Il devient essentiel aujourd’hui de conforter la fiabilité des solutions dans certains contextes d’usage complexe et la pérennité des solutions grâce à :

  • la flexibilité de dispositifs qui doivent pouvoir évoluer et s’adapter ;
  • l’interopérabilité de tous les composants d’une solution.

[1] Selon Global Investor (Crédit Suisse)